Résidences autonomie, séniors, ou de services

Résidence Autonomie la Chacunière (Roanne - 42)
Groupe ACPPA – Résidence Autonomie – Ehpad

Beaucoup moins connu que son équivalent médicalisé (l’EHPAD), le marché des résidences pour séniors connaît pourtant un véritable essor depuis son lancement dans les années 80.
Le développement de ce type d’hébergement créateur d’emplois (estimé à 80 000 à horizon 2035*) permet également de réduire les dépenses publiques via une baisse des subventions pour les résidents en EHPAD (meilleure prévention de la perte d’autonomie du fait d’un maintien plus long de l’activité physique et mentale).

Résidences autonomie, seniors ou de services : petit tour d’horizon des solutions d’hébergement à mi-chemin entre le maintien à domicile et la maison de retraite.

Qu’est-ce qu’une Résidence autonomie ?

Une Résidence Autonomie, anciennement appelée foyer logement, est un établissement à vocation sociale dont le fonctionnement est encadré par la loi 2002.2, rénovant l’action sociale et médico-sociale (autorisation de fonctionnement délivrée par le département).
Les résidents accueillis sont autonomes, mais la majorité d’entre eux est fragilisé suite au décès d’un conjoint, d’un isolement géographique, ou d’une absence de liens sociaux. Les soins médicaux et les aides aux gestes de la vie quotidienne sont réalisés le plus souvent par des intervenants extérieurs (services d’aide et de soins infirmiers à domicile, libéraux, paramédicaux…).

Pour reconstituer la genèse des foyers-logements, il faut remonter au rapport Laroque (1962) qui a pointé la situation alarmante des personnes âgées concernées par l’isolement et le mal-logement.
Entre 1960 et 1970, de nombreux foyers-logements voient le jour sous l’impulsion des municipalités (2/3 des foyers logements sont gérés par des CCAS). Avec la loi 2002.2 et la logique du « Tout EHPAD », les foyers-logements ont connu une perte d’attractivité et certains ont fait le choix d’opter pour une structure médicalisée.

Aujourd’hui, un vent de renouveau souffle sur ces structures. Fin 2015, la loi d’Adaptation de la Société au Vieillissement prend en compte les nouveaux besoins des personnes âgées qui recherchent un habitat intermédiaire, leur assurant à la fois un environnement sécurisé et des lieux de vie individuels et collectifs conviviaux, adaptés à une perte de mobilité.

Dans son volet « foyers-logements », rebaptisé dès lors Résidences Autonomie, l’objectif principal est clairement affiché par le législateur : « Accompagner les personnes âgées dans leur parcours de vie en déployant une stratégie de prévention de la perte d’autonomie ».
Parallèlement, les structures perçoivent du département un « forfait Autonomie » pour la mise en œuvre d’actions individuelles ou collectives de prévention (maintien des facultés physiques, cognitives, sensorielles, motrices et psychiques).

Qu’est-ce qu’une Résidence Services/Séniors (RSS) ?

Une Résidence Services/Séniors n’est pas un établissement médico-social. À ce titre, aucune autorisation du département n’est ainsi requise. Ce marché, qui connaît un vif succès depuis ces dernières années, répond aux besoins des personnes âgées retraitées avec des logements indépendants, confortables, fonctionnels et adaptés à une diminution progressive de l’autonomie.

Il n’y a pas d’opposition à avoir. Aujourd’hui, ces deux formes d’hébergement sont complémentaires, peut-être avec des niveaux de gamme différents, mais dans un champ comme dans l’autre.

Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale du Synerpa. (source : rapport Le développement des Résidences séniors en France – février )

Ces logements destinés aux séniors de plus de 60 ans sont généralement déclinés en appartements de type T1 à T3, voire en petites maisons avec jardins privatifs selon les sites. Les services associés payants sont optionnels.

Ces résidences non médicalisées disposent d’un personnel présent de façon permanente afin de proposer tous les services attendus par la personne âgée autonome.

Depuis la loi ASV (Adaptation de la Société au Vieillissement) fin 2015 : les résidences Services/Séniors ont désormais un cadre juridique : elles sont définies par « des ensembles de logements privatifs, d’espaces de convivialité et de services qui permettent à des personnes âgées d’habiter dans un “chez-soi” sécurisé et animé ».

Mais alors Résidence Autonomie ou Résidence Services/Séniors, quelle différence ?

Résidence Services Tête d’Or (Lyon 6e - 69)
Groupe ACPPA – Résidence Autonomie – Ehpad

Toutes deux participent à la logique de parcours de vie de la personne âgée : le binôme Domicile — EHPAD ne constitue plus la solution unique. Ces nouvelles formes d’habitat (souvent qualifiées d’intermédiaire) jouent un rôle de coordination ou de plateforme pour les services d’aide et de soin à domicile extérieurs.
Toutes deux ont pour principal objectif la prévention de la perte d’autonomie dans un cadre sécurisé et confortable, à travers la mise en œuvre d’activités de maintien physique et psychique.
Ces résidences sont des leviers de stimulation et de socialisation qui contribuent à retarder la dépendance.

Le Groupe ACPPA gère 7 Résidences Autonomies, soit 342 places au total, sur les départements suivant : 69, 42, 01, 34 

Géraldine PAIRE

Directrice des Résidences La Chacunière & le Pary

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
20 + 15 =