La télémédecine : une technologie de l’information et de la communication au service du soin

De quoi parle-t-on ?

Selon le code de santé publique (art. L.6316-1), la télémédecine est « une forme de pratique médicale à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication. » Elle met en rapport, entre eux ou avec un patient, un ou plusieurs professionnels de santé, parmi lesquels figurent nécessairement un professionnel médical et, le cas échéant, d’autres professionnels apportant leurs expertises.

La télémédecine ne se substitue pas aux pratiques médicales actuelles, mais constitue une réponse aux défis auxquels est confrontée l’offre de soins aujourd’hui. La télémédecine doit reposer sur un projet médical répondant à des priorités et aux besoins de la population d’un territoire et des professionnels de santé. C’est en ce sens qu’elle s’intègre au sein d’un parcours de soins.

Expérimentées en France depuis plusieurs années, les consultations en télémédecine sont remboursées par la Sécurité sociale, au même titre qu’une consultation en cabinet médical, depuis le 15 septembre 2018.

 

Selon le Ministère de la Santé la télémédecine se divise en cinq types d’activités :

La téléconsultation

Elle permet à un professionnel médical de donner une consultation à distance. C’est un acte médical et une action où le patient et le médecin se parlent.

La télé-expertise

Elle permet à un professionnel médical de solliciter à distance l’avis d’un ou de plusieurs professionnels médicaux. Cet acte médical concerne deux médecins pendant ou à distance de la consultation initiale.

La télésurveillance

Elle permet à un professionnel médical d’interpréter à distance des données recueillies sur le lieu de vie du patient.

La téléassistance médicale

Elle a pour objet de permettre à un professionnel médical d’assister à distance un autre professionnel de santé au cours de la réalisation d’un acte.

La régulation médicale

C’est la réponse médicale apportée dans le cadre de l’activité des centres du 15.

 

La télémédecine, une solution à la pénurie des médecins

La France est aujourd’hui confrontée à un assèchement de l’offre de soins sur son territoire. Un enjeu de santé publique qui est aujourd’hui visible dans certaines régions. Il est très difficile de trouver un médecin traitant sur certains territoires, car les médecins ont déjà tous leur « quota » de patients. Et dans le cas où les médecins libéraux partent à la retraite et ils n’ont personne pour reprendre leur patientèle.

Du côté des EHPAD, selon une étude de la Drees (2018), près de la moitié (44 % en moyenne) des établissements déclarent avoir des difficultés de recrutement, surtout en médecins coordonnateurs (0,4 médecin pour 100 résidents en 2015, contre 0,3 pour 100 quatre ans plus tôt).

Selon la nature juridique de l’établissement, les postes non pourvus sont plus ou moins nombreux. Ainsi 13,4 % des EHPAD publics non hospitaliers ont des postes de médecins coordonnateurs non pourvus, soit plus du double comparé aux EHPAD publics hospitaliers (6 %).

La situation géographique de l’établissement contribue également à la survenue de difficultés de recrutement, indique la Drees. Près de la moitié des EHPAD implantés dans des communes isolées rencontrent ainsi des difficultés de recrutement, et 15 % ont des postes de médecins coordonnateurs non pourvus.

Projet de télémédecine au sein du Groupe ACPPA

Depuis plusieurs années, le Groupe ACPPA est sensibilisé à la télémédecine en participant activement à une expérimentation conduite dans le cadre du PAERPA Nord avec l’établissement Les Bouleaux (Lourche-59).

En 2019, 4 établissements Rhône-Alpins du Groupe testeront la téléconsultation en EHPAD  en partenariat avec Toktokdoc. Deux autres établissements se sont également engagés dans les expérimentations conduites par leur Agence Régionale de Santé (PACA et Occitanie).

Objectif visé : une amélioration du service rendu par les médecins traitants

  • Une amélioration de la prise en charge régulière des résidents au sein de l’EHPAD  avec un renouvellement d’ordonnance périodique facilité,
  • Une réactivité médicale plus importante lors de la nécessaire adaptation de la prescription médicale à des variations cliniques des pathologies chroniques des personnes âgées entre deux renouvellements d’ordonnances périodiques,
  • Un recours facilité à une expertise de médecins spécialistes donc une réduction du nombre de déplacements des patients vers les professionnels de santé,
  • Une diminution des coûts de transports,
  • Une diminution des coûts d’hospitalisation non adaptée en urgence et des durées d’hospitalisation

Le 25 avril dernier, lors de sa traditionnelle Assemblée générale, le Groupe ACPPA a consacré une table ronde sur la télémédecine comme action innovante pour le bien vieillir de nos aînés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *