« A quel âge n’a-t-on plus le droit d’aimer ? » : la sexualité des âgés mise en lumière pour lever les tabous

Même si le sujet émerge timidement, chaque mise en lumière de la sexualité des plus âgés reste un événement. Une sexualité aussi riche et aussi diverse que celle des plus jeunes, même si beaucoup de personnes LGBT+ craignent de « retourner dans le placard en vieillissant ». Une piqûre de rappel indispensable en cette journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie.

Double discrimination : pour les personnes âgées LGBT +, l’âgisme peut se doubler d’homophobie ou de transphobie. A tel point que vieillir inquiète une partie des personnes concernées : peur d’être isolé(e), peur d’être pris(e) pour une « bête de foire », peur de vivre moins facilement son identité… d’après les nombreux témoignages recueillis par Stéphane Sauvé, de Rainbold Society, une association qui a pour projet de monter une maison de la diversité pour accueillir des seniors LGBT.

« Les personnes lesbiennes, gays, et bisexuelles (LGB) sont souvent stigmatisées et exposées à diverses formes de discrimination et violences hétérosexistes. L’expérience de violences est associée à un risque accru de troubles mentaux et de comportements suicidaires », confirment des chercheurs dans un article paru ce lundi dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *